Charlie Hebdo revine cu un NOU NUMĂR. Mesajul este mai potolit

După şapte săptămâni după atacurile teroriste asupra redacţiei săptămânalului francez de caricatură şi satiră, un nou număr apare miercuri în chioşcurile de presă. De data aceasta, prima pagină este mai puţin provocatoare.

25 feb. 2015, 07:45
Charlie Hebdo revine cu un NOU NUMĂR. Mesajul este mai potolit

Noul număr al Charlie Hebdo îşi propune ca publicaţia să îşi reia cursul firesc al existenţei sale şi iese cu 2.500.000 de exemplare şi cu prima pagină mai puţin provocatoare.

După violenţa la care am fost supuşi, ne-am dorit ca la „prima” (prima pagină a unei publicaţii de presă, n.r.) să dăm ceva mai potolit, a explicat Riss, noul patron al săptămânalului satiric. El a fost rănit la umăr de gloanţele teroriştilor.

În numărul de miercuri, 1179, Charlie Hebdo şi-a făcut prima pagină cu Marine Le Pen, Papa Francisc şi Nicolas Sarkozy, dar nu s-a putut abţine să nu insereze un jihadist, pe care l-a caricaturizat cu un kalaşnikov între dinţi, scrie presa franceză. Titlul, „Viaţa merge înaine”, aminteşte de tragicele evenimente care au decimat redacţia faimoasei publicaţii franceze.

Pe fodul roşu al copertei se vede un câine mai mic, care aleargǎ cu Charlie Hebdo în gurǎ. După câine se ţin mai multe personalităţi: Marine Le Pen, Papa Francisc şi Nicolas Sarkozy. Se mai vede caricatura unui bancher şi un microfon al postului BFMTV, canalul de ştiri care transmite incontinuu. Cu alte cuvinte, „sunt toţi cei care ne hărţuiesc”, a explicat Riss.

Charlie Hebdo duce numeroase bătălii, Laicitatea a fost întotdeauna o luptă evidentă, dar, cu timpul, a luat proporţii care ne-au cam depăşit”, a recunosut noul director al publicaţiei. El vrea însă ca publicaţia să îşi păstreze libertatea editorială. „linia noastră editorială este aceea, din 1992 şi până astăzi. Nu este cea mai provocatoare dintre toate (…) Doar mediul este cel care s-a schimbat”, a continuat Laurent Sourisseau, alias Riss.

Noul redactor-şef al publicaţiei este impresionat de tirajul colosal, istoric, pe care l-a avut publicaţia după atentatele teroriste: 8 milioane de exemplare în Franţa!… Şi în prezent, 2.500.000 de exemplare este un record pentru o publicaţie care tipărea numai câteva zeci de mii de exemplare înainte de tragedie.

 

Sept semaines après l’attaque meurtrière, Charlie Hebdo est de retour dans les kiosques mercredi. Diffusé à 2,5 millions d’exemplaires et auréolé d’un symbole lourd à porter, l’hebdomadaire va tenter de retrouver le cours normal de sa vie avec une Une moins provocatrice.

„Après la violence qu’on avait subie, on voulait une Une un peu apaisée”, explique à l’AFP Riss, le nouveau patron du journal, toujours en rééducation après avoir été blessé à l’épaule dans l’attentat.

Reparti sur un rythme hebdomadaire avec le numéro 1179 de mercredi, Charlie Hebdo fait sa Une sur Marine Le Pen, le pape et Nicolas Sarkozy, sans oublier un jihadiste, kalachnikov entre les dents.

Sur fond rouge, une meute de chiens en poursuivent un autre, plus petit et à l’air filou, un exemplaire de Charlie roulé dans la gueule. On reconnait aussi une caricature de banquier et un micro de BFMTV, la chaîne d’information en continu. C’est à dire, selon Riss, tous ceux qui „nous emmerdent”.

„Les combats de Charlie sont nombreux. La laïcité, ça a toujours été un combat évident mais, avec le temps, ça a pris une dimension énorme qui nous dépasse une peu”, analyse-t-il.

„Notre ligne éditoriale est la même depuis 1992. On n’est pas plus provocateurs, on n’en fait pas plus. C’est l’environnement qui a changé”, poursuit Laurent Sourisseau, alias Riss.

Pourtant, depuis ce jour funeste de janvier, le poids du symbole est bien là, parfois un peu lourd à porter.

„On voudrait conserver notre liberté éditoriale, faire ce qu’on veut quand on a envie. On n’est pas là pour répondre à telle ou telle attente. On aimerait être vus autrement que comme un symbole. Sinon, on est figés, le journal ne peut pas évoluer”, juge-t-il.

La menace, floue et mal identifiée jusqu’alors, leur est tombée dessus „comme la foudre” le 7 janvier 2015.

– ‘Pas moins de conscience professionnelle’ –

„Avant, on ne savait pas trop, mais là, il faut être réaliste, il faut se protéger. Ca serait irresponsable de faire ça avec légéreté”, raconte celui qui est surveillé en permanence par un groupe de policiers lourdement armés.

Un mois avant l’attaque, il disait à Charb, qui était le dernier à bénéficier d’une protection, „ça ne sert plus à rien ce truc là”.

Si les peurs ont été ravivées par les attaques de Copenhague ou les appels aux meurtres sur Twitter contre Zineb El Rhazoui, collaboratrice franco-marocaine de Charlie Hebdo et son mari, ce nouveau numéro du journal veut aussi montrer qu’il n’y a pas que „ça”.

Le sable breton menacé, la paye élevée d’Henri Proglio chez Thales, l’épidémie de grippe, la Grèce ou DSK : les sujets sont variés et les bonnes volontés sont là. Pétillon, habitué du Canard enchaîné, l’Algérien Dilem, ou l’écrivain Marie Darrieussecq ont contribué à cette nouvelle édition.

Le numéro des „survivants”, diffusé à 8 millions d’exemplaires, un record historique pour la presse française, avec la caricature de Mahomet en couverture qui tenait une pancarte „Je suis Charlie” et le surtitre „Tout est pardonné”, avait suscité des manifestations parfois violentes dans plusieurs pays musulmans.

Le tirage de celui de mercredi ne sera „que” de 2,5 millions.

Un chiffre toujours colossal pour une publication qui, avant l’attaque, vendait quelque dizaine de milliers d’exemplaires.

„Je n’y pense pas. On a autant de responsabilité quand on dessine pour 20.000 que pour 8 millions de personnes. On n’a pas moins de conscience professionnelle. Les lecteurs ne sont pas de moins bonne qualité. Pour moi ça change rien”, tranche Riss qui veut être optimiste.

Selon lui, l’esprit du 11 janvier, jour de la marche républicaine, n’a „pas disparu chez tout le monde”.

„C’est pas tellement le soutient à Charlie Hebdo qui est important, ce qui compte c’est les questions que le 11 janvier a posées. La radicalisation des jeunes, le discours intolérant…les pouvoirs publics ou la société n’étaient peut-être pas assez conscients de tout ça”.
 


loading...